Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 22:34

Il y a de cela quelques années, j'assistais à un concert à Lomé au Togo, quand après avoir écouté des chants religieux de composition locales, un animateur s'est avancé et dit:"Nous avons bien entendu et apprécié nos chant d'ici, maintenant nous allons revenir à nos bon vieux cantiques adventistes!"

J'avais du mal à rester tranquillement assis, car cette formule était des plus choquantes. Bien que je comprenais ce qu'il voulait dire, je ne pouvais accepter une telle inculture. Au fait, ce qu'il voulait dire rejoint ce que j'entends un peu partout dans des milieux bien plus cultivés et qui traduit le même malaise.

Quelques temps après j'ai rencontré le frère en question. Son explication était plausible. Il exprimait avec desarroi, ce que je constate depuis bien longtemps. Le recueil auquel il faisait référence, les "Hymnes et Louanges" lui paraissant d'inspiration adventiste était devenu pour lui la référence. Cela m'a ramené des années en arrière, quand ce discours était récurrent, et j'avoue moi même l'avoir tenu par le passé avec la candeur que donne l'ignorance. Toutefois, il convient toujours de s'interroger sur les non dits ou plutoôt sur ce que cache le discours populaire, surtout s'il est drapé de sa légitimité dite officielle.

Le débat sur la "culture adventiste" est un abime sans fond. Chacun y va de sa compréhension et de ses "sources" quelques fois inexistantes ou douteuses. La grande question est de savoir ce qu'est la culture adventiste. Pour beaucoup c'est tout simplement, ne pas manger de viandes impures, ne pas porter des bijoux, éviter l'usage de tout cosmétique, ne pas consommer de boissons alcoolisées, aller à l'église plutôt bien vêtu le samedi matin, l'après midi assiter en toutes autres sortes de tenues à ses réunions diverses, etc... Bien entendu, la culture adventiste pour beaucoup, c'est de n'écouter que de la musique religieuse et ne pas danser en tout cas pas en public. Et c'est précisément là où le débat est le plus confus. Car dans bien des communautés, c'est l'usage du tam-tam et de la musique qu'il génère le gwo ka dans l'église qui pose problème.

Je suis sidéré d'entendre des frères et soeurs de tous âges poser la même question: "peut-on utiliser le tambour dans l'église?" En fait c'est une question maladroite, car, ceux qui y répondent par un "NON" catégorique, ont à l'esprit une réponse qui serait, pas dans l'église, mais dans les salles de concert, sur les CDs et dans les clips promotionnels. Finalement, on pourrait croire que c'est à la fois permis et interdit à la fois selon l'usage que l'on décide d'en faire.

Une réflexion plus profonde permet de déceler le véritable malaise et ouvre les yeux sur l'incohérence de certains propos. L'usage des percussions dans la musique y compris biblique ne semble faire aucun problème. En effet se référant à Ezéchiel 28:13, on découvre, pour certains avec stupeur, pour d'autres avec surprise, que c'est Dieu lui même qui a créé les instruments de musique mis au service de Lucifer le chérubin protecteur, notamment le tambourin, et par conséquent est l'inspirateur de la création musicale et en même temps de la fabrication des instruments. J'entends toujours la même remarque, "un tambourin est un petit tambour qui n'a rien de commun avec un tam-tam!". Mais la question est: "A quoi sert-il, et même à quoi pouvait-il bien servir au ciel et devant le trône?"

C'est peut-être là le noeud de tout le débat. Alors pour intégrer une sorte de d'intransigeance à l'égard de cet instrument "maudit" qu'est le Tam-Tam on use du même argument induit par Satan pour détruire le sabbat, on dit que la loi est tout simplement abolie. Ainsi il est facile de dire qu'en devenant adventiste on doit abandonner sa culture et adopter une culture dite "adventiste", et par conséquent supprimer tous les instruments et les musiques identifiant le guadeloupéen, l'antillais et même l'africain. cette démarche en fait touche toute culture qui serait non européenne ou occidentale, stigmatisée par le recueil populaire qu'est "Hymnes et Louanges".

Seulement on a oublié, que le recueil de cantiques "Hymnes et Louanges" véhicule une autre culture, pas forcément francaise, mais européenne. Des cantiques qui n'ont de religieux pour la plupart les paroles d'inspiration bibliques ajoutées à des airs composés pour des activités très éloignées de l'église et de son environnement. certains hymnes, sont régulièrement entendus à l'ouverture de matchs internationnaux, de foot de basket, de hand, de boxe et à la remise de prix, de médailles et de trophées. Bien plus, on les entend interprêtés par des fanfares militaires, ou tout simplement dans des concerts symphoniques ou classiques, dans des manifestations folkloriques, ce qui ajoute à la confusion sur leur ambivalente utilisation. Est-ce bien sérieux tout çà?

En tout cas, le risque d'égarement est bien réel, car ne pas avoir une claire définition de ce qu'est la culture adventiste laisse la porte ouverte à toutes sortes de dérives selon qu'on se trouve ici ou là. (à suivre)...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tamarin vert
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens