Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 10:20
En Afrique de l'Ouest où je vis, la réputation de féticheur, engendre bien des comportements, parfois très surprenants, même de la part des chrétiens. Il n'est pas rare, d'apprendre, que pour des raisons diverses, certains membres decommunautés chrétiennes consultent des féticheurs ou se livrent à des séances d'occultisme.

Le féticheur, plus connu aux Antilles sous le nom de "quimboiseur", est souvent considéré comme un puissant guérisseur, sachant utiliser les vertus des plantes, exerce un réel pouvoir sur l'esprit de ceux qui lui accordent une pleine confiance. Consulté par tous, dans tous les domaines de la vie, il joue un rôle central dans la société et accomplit ses tâches dans l'ombre avec une efficacité relative, mais jouit d'une grande confiance au sein de la population. Ce pouvoir, inspiré à la fois, crainte, admiration et envie, car celui qui le tient, bénéficie d'une certaine aura.

Les pasteurs, sont en principe, des anti- féticheurs, jouissant de la même confiance de la part des membres, mais à des degrés moindre, inspirent la même crainte. Il n'est pas rare. Se voir solliciter, pour des prières en tous genres, visant à anéantir la puissance du mal, manifestée, de différentes manières, parfois même dans les odeurs. C'est du moins chèque croient bon nombre de personnes, à défaut d'être visiblement possédées. Car la possession démoniaque, n'est pas chose si courante. Elle se manifeste de plusieurs manières.

Durant son ministère, Jésus affronta les démons, agissant sous des formes diverses. Les apôtres aussi durent agir contre eux à plusieurs occasions. Une étude sérieuse et minutieuse, permet de parvenir à certaines conclusions, qui pourraient servir de guide, à ces apprentis sorciers, friands d'exorcisme à la chrétienne, s'agitant sans discernement, dès qu'ils ont l'impression de se trouver en la présence de Luciferet de ses suppôts.

L'exorciste, doit connaître la magie, pour ne passoire la sorcellerie. Dans certains cas, il la pratique. Il lui faut des ustensiles, bréviaire, crucifix, eau bénite, chapelet, et une bonne dose de courage. À défaut de tout cet attirail, le pasteur, à sa Bible, et à défaut d'eau bénite, sa fiole d'huile d'olives, de quelle pression, c'est un détail sans importance, il faut que ce soit de l'huile, pour son symbolisme.

Je me souviens avoir été requis par un membre qui dans la,discrétion la plus suspecte, m'annonçait être possédée. Les signes, evidents pour elle, étaient assez curieux. Elle ressentait des bouffées de chaleur, entendait des voix, des bourdonnements et des bruits insolites, tout cela doublé d'une insomnie chronique, qui s'accompagnait de picotements. Sa requête était bien que je la délivré, après le cuisant echec de la série de prières organisée chez elle à l'initiative de l'ancien d'église et de quelques membres zélés.

Après l'avoir attentivement écoutée, j'ai consulté un psychiatre, qui m'invita à l'encourager à venir le voir. Quelques jours plus tard, notre sœur était gaie et détendue, louant l'enseigner pour sa bonté! Que s'était-il passé? Le médecin l'avait soignée pour une méchante ménopause. Sa possession s'arrêtait là!

Tous les cas ne sont pas semblables, mais, faut-il rappeler que tous ceux qui présentent des comportements étranges ou des signes incompréhensibles, ne sont pas tous possedés.

Dans la plupart des cas, une simple phrase dite avec autorité spirituelle à suffi pour mettre en déroute les démons, (actes 16:18-18), pour d'autres une prière à fait l'affaire, et dans les cas plus difficiles, le jeûne s'imposait. Il suffit de relire les nombreux recits rapportés, par les évangélistes et les apôtres pour réaliser, la différence entre le ministère de la délivrance tel que certains le conçoivent et l'exercice confiant de la puissance de l'Esprit Saint, utilisant des individus dont l'humilité est exemplaire.
De manière surprenante, certains collègues brandissent leur bouteille d'huile, et pratiquent sur des possédés ou pseudo possède, une onction, généralement réservée aux malades, (Jacques 5:14). Existe t-il une différence entre possession et maladie? Certainement, sans quoi, il faudrait prendre des bains d'huile quotidiennement, lorsqu'on se sentirait en proie aux démons, devant un bol de chocolat chaud, une irrésistible attraction devant une affiche de cinéma etc.

Mais, que savons nous de l'onction? Tout d'abord, ce rite, fréquentbdans l'Ancien Testament est peu cité dans le nouveau, ou plus exactement, ne semble pas avoir la même signification sinon la même utilisation... À suivre

Partager cet article

Repost 0
Published by Tamarin vert
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens